Atelier Théâtral de Création

Retour accueil

 

actualitéFrançoise RochemodulesStéphan Auvray-NauroyAtelierHistorique ATCLa FormationLa PédagogiePortfoliointervenantsContactLiens

Historique

Atelier Théâtral de Création

2004/2005 :
Lieu : Studio Albatros Montreuil

Présentation du travail L'Opérette Imaginaire de Valère Novarina et
                      Le Pays Lointain de Jean-luc Lagarce

         Auteurs travaillés : Principalement et tout au long de l'année Jean-Luc Lagarce et Valère Novarina à travers toutes leurs pièces.
Travail de scènes. Préparation aux concours nationaux
        
Intervenants :
Frédéric Aspisi
Valérie da Mota (travail des chansons de l'Operette Imaginaire de Valère Novarina)

2005/2006 :
Lieu : La Graine d'Or Paris

         C'est quoi un homme c'est quoi une femme?
Travail d'écriture et d'improvisation sur ce thème
        
         Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes
                  
Travail sur la trace, la mémoire :
(exercices demandant aux acteurs de s'inspirer des travaux de Sophie Calle)
Exercice sur :
- le lieu public et le lieu intime; improvisations et écriture
- raconter dans le public des histoires intimes vraies et fausses en recherchant la proximité.
- des ruines, la traces des vies ayant existées et perdues; travail d'écriture     
         Les Aveugles de M. Maeterlinck
        
         Le voyage au bout de la nuit de L-FCéline
         Le soulier de satin de Paul Claudel

         Représentation de ces travaux au Théâtre de l'étoile du nord

2006/2007 :
Lieu : La Graine d'Or Paris

Partenariat avec le Théâtre de l'étoile du nord :
         Travail sur un grand plateau
Participation des élèves aux présentations de saison.
Présentation des travaux tout au long de l'année
représentation des travaux sur les auteurs du nord au Centre Culturel suédois.     

 Travail en relation avec la programmation du théâtre sur les auteurs du Nord:
Jon Fosse, August Strinberg, Ibsen, Lars Noren, et des cinéastes du nord :
Lars von Trier, Dreyer, Bergman
          Travail d'improvisation et d'écriture sur le thème : l'intime et le public : thème d'ateliers

Travail à partir de : Les Idiots de Lars von Trier

Travail de scènes du repertoire      
Préparation aux concours nationaux
        
Représentations des formes courtes entièrement crées par les élèves sur le thème de l'intime et le public.

2007/2008 :
Travail de scènes du répertoire
Préparation aux concours nationaux
Travail sur " le corps rebelle " et l'égo de l'acteur"
Représentation des travaux à l'Etoile du nord

2008/2009 :
Travail de scènes du répertoire
Préparation aux concours nationaux
Travail sur le thème : Engagement et compromission
Mise en scène et présentation plateau de Frédéric Aspisi " Se mouiller"
Travail sur 3 mois avec un des modules autour d' Alfred de Musset
Intervenants de danse, chant, cirque...

Représentation des Formes courtes en festival d'une semaine (télécharger le programme et voir les photos)
Fête de l'ATC le 28 Juin

2009/2010 :
Formes courtes sur le thème de : une cartographie de l’intime
Avec : Grégoire Aubrun, Julie Barant, Matthias Claeys, Kevin Dez, Laurent Dubouchet, Mathilde Gentil, Abla Kandalaft, Laurent Mataut, Mathilde Moulinat, Elisa Pietrini, Mélanie Pirès-Grégorio, Jean-Sébastien Richard, Marion Romagnan, Nadège Sellier, Camille Touati, Marie Thouément

A 18h :
Ma vie est tout à fait fatigante / Création de Julie Barant
On se fatigue, on se transporte, on arrive et on repart, on change de train, prend le
bus, on arrive encore et ça recommence....

Roberta ou l’itinéraire d’une enfant pas gâtée par le prénom qu’on lui a
donné
/ Création de Marion Romagnan / Texte de Marion Romagnan, Jean-Luc Lagarce «les règles du savoir vivre dans la société moderne »
Ne pas choisir. Ne pas pouvoir. Suivre le mode d'emploi que l'on nous donne. Et puis un jour, décider que ça y est, le moment est venu de s'en départir. En tout cas, essayer.

Pas (de la ballerine à l'escarpin) / Création de Mathilde Moulinat / Texte de Olivier Py, Sarah Kane, Baudelaire, Frank Wedekind
Un lieu, une paire de chaussure. Parcours guidé ? pourtant le choix détermine.

L'oeuf et autres... / Création de Marie Thouément
Voici les tribulations d'une pauvre fille, de sa conception dans l'oeuf à son passage à l'âge adulte et son arrivée à la ville. Quelques questions étayent son itinéraire existentiel et font comme un art poétique : Que faire de son passé, de son présent et de son futur ? Peut-on être poète sans être un assassin ?

Contes cruels pour Adultes dégénérés / Création de Mathilde Gentil
Une histoire. Vous et moi dans un bateau. Ce texte s'adresse aux oreilles fines et aux yeux vifs; à l'enfant frustré qui dort dans vos coeurs d'adulte pressé.

A 20h30 :
No room / Création de Laurent Mataut / Musique de Pigmy Johnson
D’après un tableau de Edward Hopper …

Le meilleur endroit possible / Création de Grégoire Aubrun / Texte de Bernard-Marie Koltès, Fernando Pessoa
Quel est le meilleur endroit possible pour sentir l'électricité nécessaire à mon corps avide de ce tout où rien ne saurait plus m'empêcher de croire véritablement en ce je n'sais quoi de surprenant et d'inattendu naturellement qui ressemble fort à une histoire d'amour ?

On a regardé un film que j'avais choisi / Création de Matthias Claeys
Envisager le plateau avec une question : c'est où l'endroit de soi? Envisager mon parcours sexuel ou amoureux comme si c'était celui d'un autre et piocher dedans ce qui m'a fait prendre des virages, bifurquer, aller ailleurs. M'utiliser pour faire spectacle. Envisager que ça m'échappe.

Ins-erclusion / Création de Camille Touati / Textes de Matthias Claeys , Pascal Quignard « Villa Amalia »
« La mise à l’écart dans l’espace social d’un certain nombre de sujets est en réalité pathogène et porteuse de risque » (Cahiers de la médecine utopique). Quand l’itinéraire de l’abandon se mêle intimement à la spirale de la persécution et de l’exclusion… Existe-t-il une zone où l’abandon flirte avec la paranoïa ? Qu’est-ce qui est réel ? Qu’est-ce qui est fantasmé ?

Memory / Création de Kevin Dez
Etre forcé de se souvenir des lieux qu'on a traversés. Décider de récréer les rencontres passées. Se demander où est la place du souvenir. Oublier et recommencer.

La pellicule / Création d’Elisa Pietrini / Vidéos de Julien Hogert et Matthias Claeys
Parler de son propre intime, à travers le souvenir des morts et de leur trace sur nous,
à travers un temps perdu.

Vent d'Ouest force 4 à 5 / Création de Nadège Sellier
Vent: Nord-Ouest force 4 à 5 à Sèvres virant progressivement au sud-est en mollissant 3 à 4 Beaufort / Mer: très agitée / En Manche petite houle d'Ouest s'amplifiant à 1,5m / Sur Pointe de Bretagne houle d'Ouest s'amplifiant de 2 à 2,5m / Temps: beau puis naufrage en seconde partie de nuit / Visibilité: 5 à 10 milles s'abaissant localement à moins du mille en mer d'ironie par séparation violente / La situation générale et évolution: des pluies des brumes des pluies.

2010/2011 :
                               Jeudi 23 Juin à 20h

Automne et Hiver
De Lars Noren     Atelier dirigé
Avec :François-Xavier Mauduit, Mathilde Moulinat, Camille Touati,
Miléna Wendt

                           Formes courtes

Avec : Julie Barant, Joanna Benoist, Marie-Julie Chalu, Anaïs Cebelieu ,
Ludivine Delahayes Mathilde Gentil, , Elise Malfoy, Claire Mittaine
Lydie Navez,Mandine Prieur, Ludovic Pelissolo, Jean-Sébastien Richard Camille Touati, Marie Thouément, Milena Wendt  

Au théâtre ce soir
Création d’Anaïs Cebelieu
Vous êtes bien installés dans votre fauteuil ? prêts à profiter du spectacle ? vous êtes venus pour nous voir et nous entendre ?
Alors vous vous êtes trompé de salle. Dans ce théâtre,c’est vous que l’on vient regarder…

Un jour comme tous les autres jours
Création de Ludivine Delahayes  Texte de Jon Fosse
Quand votre vie s'arrête le jour où vous perdez tout ce qui lui donnait un sens, et que le passé prend tellement de place, qu'il ne vous reste rien d'autre qu'un souvenir. Le souvenir d'un jour comme tous les autres jours... .

Confessions Intimes
Création de Elise Malfoy  Texte de Rodrigo Garcia
Une femme, seule, dans un monde clos.
Elle va avouer, confesser, révéler, déballer, admettre.
Confier, déclarer, livrer, dire. Parler, exprimer, informer, lâcher.
Insister, renseigner, annoncer, cracher
C'est comme une claque qu'elle se prend et qu'elle n'a pas vu venir.

Le Cortège
Création de Lydie Navez
La vie qui resurgit face à la mort / la dose de mort qu’il y a dans la vie.
Un duo qui rencontre la vie et fait l’expérience de la mort, dans un univers qui les submerge.

Le système
Création de Joanna Benoist et Marie-Julie Chalu  Texte de Falk Richter
1 et 2
D'eux, nous ne savons rien.
L'un semble mener la danse, l'autre essaie de suivre le pas de 1
Un faux-pas et tout s'arrête pour le compte de l'un.

                               Vendredi 24 Juin à 20 h
Acquittement
De Thomas Bernhard
Assistanat à la mise en scène : Nadège Sellier
Avec : Julie Barant, Joanna Benoist, Marie-Julie Chalu, Mathilde Gentil
Claire Mittaine , Mathilde Moulinat, Mandine Prieur, Marie Thouement, Milena Wendt
Chacun fait sa justice chez soi, et dans les salles à manger, ceux qui en sont ressortis indemnes, refont sans cesse la grande histoire. Dans la banalité du quotidien, on mange, on chantonne, on écoute les nouvelles du jour. On se regroupe pour se rassurer et porter un toast au « bon vieux temps ». Il se trouve qu’ici, ceux qui ont la parole sont des dirigeants nazis, des survivants, pour qui le national-socialisme est une fierté, et ses conséquences des dramuscules.

                           Formes courtes

Avec : Julie Barant, Joanna Benoist, Marie-Julie Chalu, ,Mathilde Gentil, Claire Mittaine, Mathilde Moulinat, Ludovic Pelissolo , Elisa Pietrini, Mandine Prieur, Camille Touati, Marie Thouément, Nadège Sellier,
Miléna Wendt

Surtout pas mon balai! 
Création  d’Elisa Pietrini
Un couple. Deux univers différents qui ne se rencontrent pas. 

Home sweet Home
Création de Mandine Prieur
Quand ce qui était éternellement à sa place ne l'est plus, il y a de quoi perdre pied. Quand toutes les choses qui étaient éternellement à leur place ne le sont plus? Il y a de quoi basculer de l'autre côté. Le monde et son envers sont faits de petits détails pas si insignifiants que cela.

Cosmogonie
Création de Marie Thouément
Dieu joue au billard, mais sa table se brise en laissant tomber au hasard les boules dans la nuit. Qu’est ce qu’on fout ici ? Sommes nous les jouets de Dieu ?

Et bah moi quand j'étais petite
Création de Julie Barant
Je ne suis que la somme de tout ce que j'ai vécu. Je suis modelée par ce qu'on m'a raconté. Toutes mes histoires et toutes les leurs font de moi ce que je suis là maintenant, pas ce que j'étais l'instant d'avant, et pas ce que je serais l'instant d'après. Et si ces histoires devaient n'en devenir qu'une seule?

Putain comme tout ça est triste et solitaire et merdique
Création de Camille Touati   d’après Falk Richter et Lars Noren
La difficulté de ces bouts de soi : une manipulation créée par la machinerie du scénario ? Le scénario de notre existence…

                               Samedi 24 Juin à 20h

Pauline au plateau
Atelier dirigé par Morgane Lory   Scénarii d’Eric Rohmer
Avec : François-Xavier Mauduit, Mathilde Moulinat, Camille Touati,
Milena Wendt
Comment inventer les codes de jeu permettant de "décadrer" et de "recadrer" , comment recréer le décalage et le faux naturalisme propre à l'écriture de Rohmer.

                           Formes Courtes

Avec : Nadège Guenot, Mathilde Gentil, Claire Mittaine, Nadège Sellier,
Mathilde Moulinat Mathilde Gentil, Nadège Sellier, Ludivine Delahayes, Marie Thouément, Jean-Sébastien Richard, Lydie Navez, Mandine Prieur,
Ludovic Pelissolo, Olivier Clerc

Guignol’s band- prologue
Création d’Olivier Clerc    Texte de Louis-Ferdinand Céline

La Lettre
Création de Nadège Guenot Texte de Pierre-Yves Chapalain

La Mouche
Création de Mathilde Gentil
Une métaphore concernant le phénomène fondamental de sensibilité aux conditions initiales en théorie du chaos" 

Petits viols au quotidien
Création de Claire Mittaine
"Celui qui laisse faire, c'est pire que celui fait; car celui qui fait, il a au moins le courage de faire." (Charles Péguy)
 La violence dont nous sommes les complices est pour moi une des grandes intensités du monde. Comment la laisse-t-on surgir ? Par le silence.

J’ai vu l’enfer et ses pavés
Création de Ludovic Pelissolo   Texte d’Antoine Blondin  Ludovic Pelissolo
Le cyclisme comme mythologie et tragédie. Entre deux épreuves, deux coureurs laissés à eux-mêmes, gavés de molécules, se livrent à une petite cérémonie, laissant frustration, fatigue et souffrance déboucher sur une extase chimique, ad nauséam.

A table !
Création de Mathilde Gentil, Mathilde Moulinat, Nadège Sellier
Oui mais, ça branle dans le manche / Les mauvais jours finiront.
Et gare à la revanche / Quand tous les pauvres s’y mettront (bis)

2011/2012 :

TRAVAUX DE l’ATELIER THEATRAL DE CREATION 2011/ 2012
Représentés au Studio le Regard du Cygne les 1er, 2 et 3 Juillet 2012

« Les jours s’en vont » de Jon Fosse

Travail issu d’un atelier de théâtre et mouvement mené conjointement avec Michaela Meschke,
chorégraphe
Avec : Marie Chassot, , Laure Marion, , Laurent Mataut, , Manon Gallet, Claire Mittaine, Dimitri
Royer, Bruno Pelagatti, Mandine Prieur , Marie-Julie Chalu, Samuel Delasalle, Marie Thouement,

Voix parlée, voix chantée

Travail issu d’un atelier voix parlée /voix chantée, mené conjointement avec Valérie da Mota, professeur
de voix

Les Formes Courtes :

Etre rond dans un monde carré

Bonjour, bienvenue. Pour vivre ici il faut travailler.
Une seconde vaut une autre seconde ou peut être moins.Trouvez votre place ou mourrez .

Arrêt sur image création de Ludivine Delahayes
texte de Falk Richter « Sous la glace »

L'univers n'avait pas encore remarqué que j'étais là... . Pour vivre enfin dans la lumière jusqu'où peut-on
aller?

Parce qu'à mon corps, on ne touche jamais création de Romain Pichard
texte radiophonique d'Antonin Artaud « Pour en finir avec le jugement de dieu »

Envie de parler du corps, du dedans, comme du dehors.

Les ménagères à la petite cuillère création de Anaïs Cebelieu
texte de Pierre Bourdieu : « La Misère du Monde »

Cette enquête de terrain, qui a recueilli des dizaines de témoignages de personnes touchées par une
"certaine forme de misère" au début des années 1990, nous renvoi à une réalité terriblement
actuelle. J'en ai extrait les récits de trois femmes aux expériences très différentes. Afin de ne pas
plonger dans une dépression profonde à l'écoute de ces récits de vie poignants, nous allons tenter
d'en faire une sorte de" divertissement". Mais tiens ! Ceci aussi est dans l'air du temps...

Angst création de Laure Marion
texte de Hélène Cixous

Nos angoisses et nos craintes peuvent-elles nous faire prisonniers de nous-mêmes et de cette durée
de la vie intérieure ?

Music-Hall création de Florence Baldini et Samuel Delasalle
texte de Jean-Luc Lagarce

La Fille... artiste de music-hall, accompagnée de ses deux boys, évoque ses souvenirs de tournée.
Difficile rencontre entre son aspiration au numéro parfait et la médiocrité du réel.

Les Boîtes création de Marie Thouement

Y a des boîtes là ! Il y en a de plus en plus, ça m'inquiète toutes ces boîtes !
Y a même des gens qu'habitent dedans.
ça m'angoisse. Qu'est-ce que c'est que toutes ces boîtes. Les personnages de cette scène semblent
jetés là sur la Terre. Ils s'interrogent sur les questions "d'habiter un lieu", de parler ou de se taire,
d'être incarné, sur la notion d'infini qui si on y réfléchit trop finit par nous donner le vertige, sur le
temps qui passe et dont parfois on ne sait que faire.

Une vie à contretemps et à contresens création d’ Eden Ducourant

A partir du tableau « Autobiographie » de Lucian Freud, j’ai décidé de faire un travail sur le temps.
A travers mon regard d’adolescente j’ai tenté de décrire par mes gestes ce qui pour moi était le plus
représentatif de chaque étape franchie dans la vie d’une femme.
« Le monde entier est un théâtre, et tous, hommes et femmes, n'en sont que les acteurs.Chacun y
joue successivement les différents rôles d'un drame en sept âges. » Shakespeare

Video crime killed star création de Ludovic Pelissolo
d'après « Pickpocket » de Robert Bresson

Force doit, force va rester à la loi, personne n'en doute. Oui, mais le coupable nous fera-t-il un beau
spectacle cette fois-ci ?

Regardez le création de Samuel Delassalle

Deux Irlandais, Un père et un fils pas toujours saints d'esprit ,Un voile se pose, un masque tombe,
Chacun y est mis à nu, De gré ou de force, Tout sera dit ,Tout .

Et nous irons danser (en attendant) création de Manon Gallet

C’est un pays dans lequel on ne peut pas chanter
C’est un pays dans lequel on ne dit pas
C’est un pays dans lequel il faut aller danser

Le temps de la solitude création de Laurent Mataut
texte de Pascal Rambert « Clôture de l’amour » et de Matthias Claeys

Face à l'amour, tel un junky à la recherche constante des effets de la première fois: j’inhale, j'ingère,
parfois je me l'injecte, rien y fait. Cette sensation reste un souvenir de moins en moins perceptible.
"Que je suis loin de ce que j'étais il y a quelques instants." Fernando Pessoa

AnticlimaX création de Camille Touati texte de Werner Schwab

Au petit matin enflammé tout doit encore être lourdmerdiquement difficile, encore lourd de
mensonges, difficile de la nuit asphyxiée de rêves, impossible à vrai dire : d'aimer les gens de façon
vachement exubérante.

Le temps de la mélancolie création de Marie Chassot
texte de Jon Fosse « Et jamais nous ne serons séparés » Livret « Didon et Enée » de Nahum
Tate

Elle l’attend. Elle ne sait plus trop depuis quand.Face à elle-même elle est prise dans le tourbillon d’un
temps répétitif.
« Je ne mourus pas, et ne restai pas vivant : juge par toi-même, si tu as fleur d'intelligence, ce que je
devins, sans mort et sans vie. » Dante, La Divine Comédie.

Radio Shadow création de Bruno Pelagatti

Au coeur de la nuit nos zones d'ombres se font jour. Au sein de son couple, LUI essaie de concilier la
bête, l'horreur. Que faire de sa part obscure, celle du tyran? La reconnaître? La cacher? L'affronter ?

2012/2013

TRAVAUX DE l’ATELIER THEATRAL DE CREATION

A 17H :
Formes courtes : avec   Matteo Grotti, Mandine Prieur, Nina Tolleret, Anaïs Cebelieu, Eloïse Ferrand, Emmanuelle Jacquemard, Astrid Le Meur, Michelle Sebal, Arnaud Tagnachie,
Thomas Dresch, Samuel Delasalle, Ludivine Delahayes.

La fête des mères: avec Michelle Sebal, Ludivine Delahayes, Matteo Grotti, Jean-Sébastien Richard, Ludovic Pelissolo.

Le rire du bonzaï  Forme courte de Michelle Sebal
Texte de Michelle Sebal
Dans le cabinet d'un psychanalyste, une femme sur le divan, et son inconscient débridé.
Quand l'analyse libère les pulsions...
 
Le cœur révélateur  Forme courte d’Eloïse Ferrand
Adaptation de la nouvelle The Tell-Tale Heart d'Edgar Allan Poe, traduite par Charles Baudelaire.
Elle plaide coupable.
Elle refuse toute circonstance atténuante.
Elle se déclare pleinement responsable de ses actes.
Mais qui, en elle, est-il responsable ?
Comment peut-elle être libre ?

La cuisine d’Elvis   Forme courte de Nina Tolleret
Texte de Lee Hall
La relation d'une femme anorexique mariée à un tétraplégique et de sa fille boulimique .
Elle a l'habitude de coucher avec des hommes plus jeunes qu’elle malgré la présence de son mari.

La maladie du savoir  Forme courte de Thomas Dresch
Texte de Thomas Dresch
Trois hommes se rassemblent pour tenter d'oublier ce qu'ils ont appris

Pendant ce temps là en Illinois  Forme courte de Mandine Prieur
Texte de Mandine Prieur
Derrière un pantin il y a toujours des fils. Un étrange étage. Des monstres de foire, au chaud
dans leur cage. Qui est responsable? Ne vous approchez pas trop, ils pourraient vous mordre. "

A 20H :
Formes courtes : avec Oriane Maubert, Johanna Sarkissian, Thomas Dresch,
Samuel Delasalle, Arnaud Tagnachie, Matteo Grotti, Elisa Pietrini, Manon Gallet, Laurent Mataut, Anaïs Cebelieu, Astrid Le Meur, Camille Touati, Ludovic Pelissolo, Claire Moraru, Nina Tolleret
La fête des mères : Laurent Dubouchet, Manon Gallet, Laurent Mataut, Thomas Dresch, Claire Moraru, Astrid Le Meur
Les scandales : Emmanuelle Jacquemard, Mandine Prieur

La crème de la crème  Forme courte d’Oriane Maubert et Johanna Sarkissian    
 d'après Acquittement de Thomas Bernardt
Allemagne, début du XXIe siècle. Quelque part, des bourgeoises s'empriffrent et jouissent des plaisirs d'une vie facile devant leur(s) serveur(s). Sous le poids de la crème et des souvenirs, le monstre refait surface. Ce que l'on croyait anéanti depuis un demi-siècle semble finalement attendre son heure, endormi. Le pire serait-il devant nous ?

Je me sens bien  Forme courte de Samuel Delasalle
Texte de Rodrigo Garcia
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, avec tous ces visages que j'aime,
tous ces gens que j'aime, toutes ces vies que j'aime, tous ces enfants que j'aime, oui, vraiment, je me sens bien .

Desamoursanarchiques   Forme courte d’Arnaud Tagnachie
avec la collaboration d’Elisa Pietrini          
Texte d’Arnaud Tagnachie. Poème d’Apollinaire
Quel est le scandale? l'amour avoué et consenti entre un père et sa fille, la folie collective d'une communauté, l'ignorance, le lynchage d'un homme, l'exil ou une séparation imposée? "La vie est variable aussi bien que l'Euripe*," disait Apollinaire, et elle nous emmène dans ses remous. 
*L'Euripe est un bras de la mer Égée qui sépare l'Eubée (île d'Eubée) de la Béotie et de l'Attique, en Grèce, et dont le courant change sept fois de direction en un jour

Expert théorie   Forme courte d’ Emmanuelle Jacquemard
Texte de Emmanuelle Jacquemard
À l'heure du tout-scientifique et du tout-audimat, il est une parole dont nous raffolons tout particulièrement : celle des experts en tout et en rien... Périphrases, bavardages, formules choc, débats sans fin : bienvenue dans la toute-puissance de la société des experts

Tant pis pour le monde   Forme courte de Ludovic Pelissolo
d'après « La Séquestrée de Poitiers » d'André Gide
Je reviens. Je reviens encore. Si toute la vie qui a été aspirée hors de mon corps pendant vingt-cinq ans s'abat sur moi en un clin d'oeil, que vais-je faire ? Crier ? Vomir ? M'effondrer ? Et quelqu'un me viendra-t-il en aide ?

Surtout quand la nuit tombe  Forme courte de Nina Tolleret et Claire Moraru
Texte d’Arlette Namiand
Trois adolescentes enceintes et qui, sur le point d'accoucher, s’apprêtent à abandonner leur enfant.

Le 3 juillet à 19H :

Formes courtes : avec   Manon Gallet, Matteo Grotti,Anaïs cebelieu, Ludovic Pelissolo, Thomas Dresch, Arnaud Tagnachie, Marie Chassot, Laurent Mataut, Ludivine Delahayes
La Fête des mères : Emmanuelle Jacquemard, Johanna Sarkissian, Arnaud Tagnachie, Romain Pichard
Les Scandales : Matteo Grotti, Romain Pichard, Jean-Sébastien Richard

Buongiorno   Forme courte de Manon Gallet et Matteo Grotti
Texte de Manon Gallet et Matteo Grotti
Bienvenu(e)s à notre première leçon d'italien-français / français-italien, ou la joie de vivre et de travailler ensemble.

Une implacable idée  Forme courte d’Anaïs Cebelieu                  
Texte : Le Grand Pardon de Dabatchazz , Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo,  Le pull-over rouge de Gilles Perrault        
Un homme est seul dans une cellule. Il est condamné à mort. Il vit son tout dernier jour.
Au travers de trois textes de genres et d'époques différents, nous allons traverser la journée d'un homme dont la fin a été programmée par le commun des mortels.

Balthus Forme courte de Marie Chassot
Texte : Le livre Rouge de C.G Jung
Tout est parti de cette peinture de Balthus, La Patience. Elle représente une femme adossée à une table, les cheveux détachés, perdue dans ses pensées. J'ai voulu donner à voir une sensation, une image intérieure où tout semble se figer, s'enliser dans un espace restreint, intérieur, sans repère, où chaque élan échoue, mais qui est finalement le lieu d'une renaissance.

Double S  Forme courte de Laurent Mataut
Texte : Le bain de Jean-Luc Lagarce et De mes propres mains de Pascal Rambert
Accompagner l'autre jusqu'à la fin .Culpabiliser "d'attendre" sa mort par moments, et rêver d'une vie plus légère, sans lui. Savoir qu'aujourd'hui s'exposer sans protection est une forme de suicide sexuel. Se détester de l'aimer et d'être comme lui, de ne pas avoir su prendre soin de sa vie au bon moment.

Derrière la porte  Forme courte de Ludivine Delahayes
Texte :  Démons  de Lars Noren  et poème d’Apollinaire
« C'est la réalité des photos qui sont sur mon coeur que je veux... cette réalité seule, elle seule et rien d'autre » Derrière la porte, les natures se révèlent, les assiettes cassent, et l'on se brise ... à l'usure.

Au Milieu des Lignes

Proposé par l'Atelier Théâtral de Création

Organisation et conception : Françoise Roche & Morgane Lory

“Ce qui compte dans un chemin, ce qui compte dans une ligne, c’est toujours le milieu, pas le début ni la fin. On est toujours au milieu du chemin, au milieu de quelque chose.”

Gilles Deleuze

ATC

___________________________________________

Présentation générale

“Au milieu des lignes” est une proposition de rendez-vous réguliers, organisée par l’Atelier Théâtral de Création, afin d'ouvrir la discussion sur des travaux en cours et des pensées en cheminement. 

Chaque rencontre est l'occasion de présenter plusieurs travaux de comédiens de l’ATC, et de donner la parole “à la verticale” à un invité. Enfin une carte blanche est proposée à un artiste.

Ce qu’un musicien fait là-bas servira un écrivain ailleurs, un savant fait bouger des domaines tout autres, un peintre sursaute sous une percussion : ce ne sont pas des rencontres entre domaines, car chaque domaine est déjà fait de telles rencontres en lui-même. Il n’y a que des intermezzo, des intermezzi, comme foyers de création.”

Gilles Deleuze

L’Atelier Théâtral de Création (ATC) est une structure de formation, de création, de réflexion : des projets sont en cours, autour desquels chacun expérimente, s’interroge, tente des formes, tente des tentatives.

A l’ATC comme dans tout atelier, le temps de la recherche est un moment essentiellement non-visible, en vue d’un visible. Un jour. Ou pas. Pourtant le regard des autres est déjà là : le regard de ceux qui, au sein du même atelier, cherchent et travaillent.

Ouvrir le processus.
Elargir le cercle et donner à voir, pas uniquement un travail fini, mais aussi un travail en cours : l’enrichir en le soumettant à d’autre regards encore, d’autres mots, d’autres émotions, d’autres parcours.
Envie de voir “un peintre sursauter sous une percussion” de discuter, de se promener à la croisée des chemins, au milieu du chemin, de par où l’herbe pousse.

A l’occasion de rendez-vous réguliers, se retrouver : observer le travail de 2 ou 3 comédiens, leur proposition, où ils en sont, ce qu’ils essaient de faire, pourquoi.

Ouvrir la discussion. Inviter ceux qui le souhaitent à venir.
Venir, entre, intervenir; entre les lignes, glisser une tête entre les gouttes, une question entre les questions, une idée, un façon de faire, comment chacun réfléchit dans son domaine, faire les domaines se réfléchir.

Prendre quelques heures, regarder un peu du travail, un peu de la recherche, en parler. Demander à certains invités de parler : leur donner la possibilité de nous inviter à suivre leur cheminement. Donner “carte blanche”.

Commencer par le milieu : de là où on en est, de notre actualité, grande ou petite. Empiler nos mots et nos silences, laisser flotter la brume, attendre la sédimentation, écouter les échos, partager le même temps, le même espace, dans la même ville du même pays, un samedi après midi.

ATC

RAPPEL DES EDITIONS PRECEDENTES  (2009 - 2011)


Première édition, le 14 février 2009, au Grand Lavoir :

    • Présentation de travaux d’élèves de l’ATC réalisés à partir d’un tableau de Francis Bacon.
    • Invité à la verticalePierre Félin, chef de service du Centre d’hébergement pour femmes Chrysalide, auteur d’un mémoire sur l’accueil fait aux personnes sans domiciles.
    •  Carte blanche à Sébastien Chenot. Présentation d’extraits de son travail théâtral  mené à partir de “Paroles de détenus”.


Deuxième édition, le 25 avril 2009, à la Graine d’Or :

    •  Présentation de la forme courte “Être là” écrite et mise en scène par Serge Ryschenkow, élève à l’ATC, à partir du thème de travail “engagement et compromission”.
    •  Invité à la verticale : André de Peretti, autour de la question de l’engagement et de la compromission.


Biographie d’André de Peretti : Jeune sous-lieutenant d’artillerie, André de Peretti est fait prisonnier en juin 1940. Durant 5 années de captivité, il participe aux universités de camps en enseignant la littérature et écrit “La légende du Chevalier”, drame en trois actes qui fut interprété par ses soldats, puis joué à la Comédie Française en 1943. A son retour des camps il s’engage activement en faveur de l’indépendance du Maroc puis de l’Algérie. Dans les années 1950 il découvre l’oeuvre du psychologue Carl Rogers et participe à la diffusion de ses idées en France. Auteur de nombreuses oeuvres scientifiques, pédagogiques et littéraires, il a notamment été directeur de département de psychosociologie de l'éducation à l'Institut National de Recherche pédagogique et responsable du rapport ministériel sur la formation des enseignants en 1982, qui donna par la suite naissance aux IUFM.
  - Carte blanche à ......... autour du texte “l’insurrection qui vient” (Comité invisible, La Fabrique éditions)


Troisème édition, le 14 novembre 2009, à L’Avant Rue :

    • Présentation de travaux d’élèves de l’ATC sur le thème : “cartographie de l’intime”.
    •  Invité à la verticale : Boris Carré, documentariste, autour des thématiques de l’écriture et de la parole dans le cinéma documentaire. Projection du film “Sur la langue de ma mère !“ de Nadia Mokaddem.

  - Carte blanche à Agathe Mercat. Présentation de “Tout ça nous a apporté beaucoup plus de silence” travail théâtral inspiré de “L’homme dans le Cercle” de Matei Visniec.


Quatrième édition, le 24 janvier 2010, à l’Avant Rue :

    • Présentation de travaux d’élève de l’ATC sur les thèmes “cartographie de l’intime” et “qu’est ce qu’une femme ? ”
    • Invitée à la verticale : Caroline Trémeau, archéologue travaillant sur la place des femmes durant la Protohistoire (entre -2200 avant J.C. et 0) en Europe.
    • Carte Blanche à Lucille Rey, Julien Crépin, Jade Lohé et Romain Pichard. Présentation d’un travail autour du texte d'August Strindberg : "De l'infériorité de la femme".
    • Carte blanche à Matthias Claeys et Kevin Dez. Présentation d’un extrait de leur  création "Alors je suis rentré chez moi rénover mon sol".


Cinquième édition, le 11 avril 2010, à l’Avant Rue :

    • Présentation d’un travail mené par les élèves de l’ATC autour de la pièce “Les Aveugles” de Maurice Maeterlink.
    • Invitée à la verticale :  Yaël Hirsch, sur son travail d’interview d’enfants cachés dans le cadre de sa thèse : “ Réflexions sur la conversion juive : Les implications politiques et sociales du transfert identitaire dans la première moitié du 20ème siècle en Europe”.


Sixième édition, le 28 novembre 2010, à l'Avant Rue :

  • Présentation de travaux d'élèves.

- Invité à la verticale Jérémy Boulard Le Fur, dessinateur et auteur d’un mémoire intitulé “le Rire Jaune et la dictature du sourire”.

  • carte blanche à Serge Ryschenkow et Jani. Askevold... autour de Quartet D'Heiner Müller
  • carte banche à Marcella Barbieri, photographe : “Archives sans histoire” installation réalisée en collaboration avec Boris Carré.


Septième édition, le dimanche 6 février 2011, à la Graine d'Or :

 - Présentation de travaux d'élèves sur le thème «  que fait on de sa colère ? »
 - discussion : « Comment ça commence ? Les débuts de la professionnalisation théâtrale. » avec : Chloé Bernadoux, Kevin Dez, Matthias Claës, Agathe Mercat, Geoffroy Vernin
- Carte banche à Matthias Claeys – présentation du spectacle « Je ne crois pas que je t'ai oublié » interprété par Elisa Pietrini, Marion Romagnan et Kevin Dez.

ATC

2013/2014

Présentation des travaux de l’Atelier Théâtral de création

Samedi 5 juin 2014

Sur le thème de : la vie rêvée

Avec : Amélie Charbonnier, Ludivine Delahayes, Manon Gallet, Matteo Grotti, Cassandre Herpin, Emmanuelle Jacquemard, Arnaud Tagnachie, Camille Layer, Astrid le Meur, Anne-Sophie Lerhmann, Jorge Pardo, Karim Vilovar, Floriane Zeisser

Sous la glace : Forme courte de Jorge Pardo
D’après sous la glace de Falk Richter
Comment vivre « sa » vie dans cette société de consommation où chaque individu n’est qu’un clone parmi tant d’autres ? En se débarrassant de son autre peut-être…

Pyrrhus est mort : Forme courte de Ludivine Delahayes
Choisir c'est comme partir et fermer la porte à clef. Et jeter la clef. C'est dur de jeter. Je ne voulais rien manquer et je ne voulais manquer à personne alors j’ai tout vécu, tout.
Les souvenirs deviennent flous
La réalité nous fuit
Et le temps roule et se déroule....comme une pomme.

Boris, avec toi je redoute chaque mot : Forme courte de Manon Gallet
« Boris, avec toi je redoute chaque mot, voilà la raison de mon silence épistolaire. D'ordinaire, dans toute relation humaine, les mots sont juste une main forte, une béquille. »
Marina Tsvetaeva

Page Blanche : Forme courte de Camille Layer
J’ai imaginé ma vie rêvée de muse à travers le cauchemar de l’allégorie de l’inspiration submergée en permanence par les sollicitations d’artistes de plus en plus pressants. Laborieusement elle s’efforce de leur insuffler encore quelques idées. Mais si un jour, dans l’ombre des artistes, l’Inspiration épuisait toutes ses ressources

Des tâches : Forme courte de Célia Cordani
texte: Rodrigo Garcia, Hanokh Levin
Qui n'a pas un jour rêvé de s'échapper de son quotidien ?
De s'y soustraire afin d'enfin accomplir de grands devoirs ?
C'est de cela qu'il s'agit.
Qui n'a pas rêvé de marquer l'histoire, de résoudre les problèmes majeurs de notre siècle, d'inventer ce qui révolutionnera notre monde moderne ?
Mais qui ne s'est jamais entendu répondre ; "Si je n'ai pas accompli de grandes choses c'est que l'occasion ne s'est jamais présentée" ? Evidemment ! Ce quotidien si dense nous opprime et nous voilà maintenant capable de lui rejeter la responsabilité du résultat de nos vies
C'est ce que j'ai voulu représenter ; comment s'échapper de soi-même lorsque l'on a l'impression d'être sans cesse contraint par des forces, obscures ou non, à accomplir des tâches trop banales, mièvres, sans intérêts. Des tâches qui ne ressemblent en rien à notre vie rêvée.
Et si, un beau matin, nous décidions de combattre ces forces, quelle forme le combat prendrait-il ?

PIMP - I am Iceberg Slim : Forme courte de Karim Vilovar
Iceberg Slim, célèbre Mac de Chicago constamment sous cocaïne se rêve en Dieu des « Pimp » plein aux as alors qu'il est en pleine déchéance. Son écurie qu'il avait mis du temps à construire l'abandonne au profit de Sweet Jones, Le Mac numéro 1.

toute_la_vie

Dimanche 6 juin 2014

Avec : Mattéo Grotti, Cassandre Herpin, Emmanuelle Jacquemard, Camille Layer, Anne-Sophie Lerhmann, Oriane Maubert, Ludovic Pelissolo, Jean-Sébastien Richard, Arnaud Tagnachie, Karim Vilovar
 

Ma vie en bleu : Forme courte d’Oriane Maubert
D’après Push up de Roland Schimmelpfennig

XXIeme siècle. Une grande entreprise internationale dans une ville urbaine. Des collègues, des tailleurs, des angoisses.Ne pas trop manger, correspondre aux normes de l’entreprise. Que se passe-t-il avant l’arrivée au bureau ? deux femmes dans leurs aquariums – chacune face à sa solitude… elles accumulent, elles ingurgitent, elles font face.

La Liste : Forme courte de Jean- Sébastien Richard

Le point de départ de cette histoire vient d’un rêve, ou plutôt d’un cauchemar du fichage généralisé des informations qu’on donne mais surtout des informations prises à notre insu. Sur quels critères et dans quels buts sont-elles utilisées et qui contribue à ce fichage ?
Si on observe pas, on ne peut pas savoir qu’on est observé.

Sweet dreams :  Forme courte d’Anne-Sophie Lehrmann

Texte : Albert Camus, Racine. Musique : Terez Montcalm, Sweet Dreams
Un homme qui se transforme – il fait enfin le pas pour accéder à son identité propre, accepter ce qui le définit et, ainsi, vivre sa vie rêvée.
L’accession à ce qu’on est intimement, profondément, m’apparaît comme une problématique très ancrée en moi, très présente dans la génération qui m’entoure – nous doutons et tâtonnons. Je voudrais parler de l’issue de la quête, de cet instant où nous regarderons le monde face à face.

La brise est fraîche et le ciel est bleu. Sous le soleil du matin, un grand bonheur se balance dans l’espace.

HEY, NAN! Forme courte d’Arnaud Tagnachie
Texte: Arnaud Tagnachie avec l’aide de Paul Éluard et son poème « Bouche Usée ».

Ce texte est le fruit d’un parcours personnel, d’une vie rêvée, qui a dialogué avec la vie et les clichés passés de Nan Goldin, et de la rencontre nez a nez et chanceuse avec un Poème de Paul Éluard, devenu dans ce travail un hymne punk. Ce travail théâtral se veut être un voyage et une réflexion sur  un passé et des sentiments troubles, ambigus et difficiles à partager, que le personnage masculin ici déverse dans une quête de liberté, tandis que le personnage féminin les enferme dans la photographie pour les emmener ailleurs.
Hey, Nan ! Un jour je l’ai appelé. J’ai tout de suite su que ma vie ne serait plus la même. La sienne non plus d’ailleurs. Des pulsions, un secret, la peur de l’amour, des angoisses et un putain de mal de tête. A nu, nous sommes partis avec l’intention de ne plus jamais revenir.

2014/2015

Présentation des travaux de l’Atelier Théâtral de Création

Formes courtes «Espace intime/ espace public»

Samedi 29 juin

This is our territory
Forme courte d’Arnaud Tagnachie et Cassandre Herpin
Dans «This is our territory»  l’espace intime est un espace pluriel, physique et mental qui interagit constamment avec le dehors, l’espace public, et le dedans, l’imaginaire et le souvenir. Nous vous invitons donc au plus proche des acteurs, en circulant librement et à en faire l’expérience debout , assis, allongé… c’est notre territoire, mais vous en ferez partie intégrante lors de cette forme courte.

Retrouvailles
Forme courte de Sarah Kazaroff
Une page de sa vie tournée, une autre qui s’ écrit, la fin d’ une histoire, le début d'une autre, une séparation, des retrouvailles…

Je t’aime moi non plus
Forme courte de Caroline Porta Avec Célia Cordani,Cassandre Herpin , Jorge Pardo, Caroline Porta, Thomas Sila, Arnaud Tagnachie La vie de couple: sur les réseaux sociaux tout est très beau, en public tout est magnifique et dans la vie intime?

Est-ce que ça va ?
Forme courte de Mathilde Vachette et Sarah Bourel
L'une en représentation et l'autre dans l'intimité, les états du corps des deux actrices se vivent en direct.

Et toi qu’est ce que t’en pense?
Forme courte de Flore Liaud et Astrid Le Meur
Etre une femme c’est très relatif. En onze instantanés, un aperçu de la condition féminine…forcément subjectif

Dimanche 30 juin

E+M =9
Forme courte d'Emmanuelle Jacquemard et May Roger Avec Amélie Charbonnier, Emmanuelle Jacquemard, Astrid Le Meur, Caroline Porta et May Roger Textes : Emmanuelle Jacquemard, May Roger et www.kabalistik.com
Ici, tout est vrai : les numéros de Sécurité Sociale, de compte bancaire, les prénoms des cousins et les prédictions du destin, directement issues du site kabalistik.com. Mais lorsque tout est vrai, faut-il le croire pour autant ? Une plongée dans un monde où les chiffres et les lettres

Le seuil
Court-métrage de Camille Layer Avec Camille Layer, Margaux Fabre, Jéremy Rambaud , Sophie Béasse, Floriane Zeisser, Jean-Sébastien Richard Caméraman: Anne-Sophie Sergent, Montage vidéo et sonore: Fabrice Audouze Musique: Pierre-Michel Sivadier
Différents degrés d’un espace intime: espace intime sentimental, familial ainsi que son interaction avec plusieurs espaces publiques dont l’un est envahissant et l’autre bienveillant.

"Bercé(e)s aux horreurs"
Forme courte de Thomas Sila et Lucile Dru Avec  Lucile Dru, May Roger, Thomas Sila
Quelle est l'influence de la société sur notre éducation, ? et plus particulièrement à quel point notre société formate l'image de l'homme et de la femme? Et si finalement ni l'un ni l'autre ne correspondaient à l'image promue par la société ?

Vingt minutes
Forme courte de Célia Cordani et Jorge Pardo Avec Sarah Bourel, Amélie Charbonnier, Célia Cordani, Cassandre Herpin, Emmanuelle Jacquemard, Jorge Pardo, Thomas Sila
Les jours se succèdent. Les trajets se succèdent, La fatigue se cumule. Les corps parlent quand la voix peine à se faire entendre. Et finalement tout se confond, le tumulte, les jours, les corps, les sensations, les espaces...

Toute la vie de Pascal Rambert


Avec: Christophe Antoine, Sarah Bourel, Célia Cordani, Natalie Féhéregyhazy, Camille Layer, Flore Liaud, Jorge Pardo, Jean-Sébastien Richard, Arnaud Tagnachie, Mathilde  Vachette
Scénographie: Pauline Bernard.

« Là, c’est juste le segment temporel où l’on me voit, moi. Mais à ce moment là - pardon de le dire comme ça mais c’est toute l’espèce humaine qui se pose les mêmes questions que je me pose avec l’anglaise. le fait de faire l’amour va dans ce sens-là: tu m’aimes je t’aime on s’aime on est qui quand on s’aime on est qui? on est où quand on s’aime? on est où? on est qui? on est devenu qui?»

«Toute la vie» c’est toute la vie du personnage de Ah! de la rencontre de ses parents en 2008, sa naissance en 2010 quelques années avant  qu’Antinotti passe du clonage thérapeutique au clonage reproductif le 12 avril 2012
2017:  Ah! est amoureux d’une algérienne . Ah! a 7 ans
2013:  Il se connecte pour la première fois sur: touslesmorts.com
2024:  Ah! fait l’amour pour la première fois, la grand-mère de Ah! meurt
2028: Ah ! quitte la France
2030:  Ah! voyage sur un cargo, il rencontre une tahitienne. naissance de Ho! le premier enfant de Ah!
2040: Ah! a trente ans. Il est à new-York, il rencontre une américaine, naissance de Cheyenne, le deuxième enfant de Ah!
2040 à 2050:  Ah! marche. Son avatar le cherche. Il voyage au Pôle Nord
2050 à 2055:  Ah rencontre  une sibérienne. Naissance de April son troisième enfant
2055:  Ah! disparaît
2071 : Ah! a disparu depuis 16 ans. Ah! réapparaît en sang. Il se retrouve face à son avatar.

Ce texte a été crée le 21 novembre 2007 au Théâtre Gennevilliers CDN de création contemporaine dans une mise en scène et une installation de l’auteur

toute_la_vie_2toute_la_vie_3